Afficher un message
Vieux 08/08/2015, 15h56   #31
Hybridébridé
Participant hyperactif
 
Avatar de Hybridébridé
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: Ile de France
Messages: 3 016
J'aime: 515
Remercié 1 487 fois dans 527 messages
Question 2015 : l'hybride HEV à la croisée des chemins (2ème partie)

Étrangement, Toyota, dont le HSD avait presque l'air d'être pensé pour l'hybride rechargeable, et qui avait tout pour être devant dans ce domaine, en reste à la seule PiP, et continue à tout miser sur l'hybride HEV, en délaissant au passage la modernisation de ses moteurs essence. En riposte au déferlement de nouveaux concurrents PHEV et VE plus en pointe que ses HEV, certaines réactions de Toyota laissent apparaître un constructeur nerveux, sur la défensive, démuni et pris au dépourvu : en témoigne par exemple cette minable publicité US attaquant la BMW i3 via la CT 200h (générant un tel niveau de protestation que Lexus USA a du la retirer ; au passage CT 200h qui se vend là bas bien moins que le VE incriminé et même que la Tesla S), ou bien la présentation, un peu comme de la poudre aux yeux, de la Mirai à PAC, un mythe jusqu'à au moins 2030, et une techno en laquelle je ne crois pas un instant tout simplement parce que malgré les apparences actuelles, nous serons bientôt en manque d'énergie, et ce sont donc les technologies au meilleur rendement énergétique global qui gagneront.

Certains commencent d'ailleurs à douter de la stratégie de Toyota : voir par exemple cet article du Times ou celui-ci du LA Times, qui pointent un début de baisse des ventes des hybrides Toyota-Lexus au USA. Même si ces journaux surfe sur des éléments contextuels un peu faciles (prix des carburants faibles, Prius 3 en fin de vie), on ne peut leur nier un certain nombre d'arguments objectifs.

Quelle est la cause profonde de cette évolution : la raison essentielle à mon sens des difficultés de l'hybride est que son bénéfice de consommation lié à la récupération de l'énergie cinétique au freinage est en partie annihilé par le surpoids généré par le système hybride. Le potentiel n'est pas dans ce domaine, aussi bon qu'espéré. Dès lors, son rapport bénéfice/coût n'est plus assez avantageux par rapport à des véhicules priustoriques optimisés en poids et en rendement, pas plus qu'il ne l'est par rapport à des hybrides rechargeables qui ne nécessitent qu'un surpoids modéré en batterie afin de permettre une autonomie électrique suffisante pour répondre aux besoins de tous les jours (la tendance va d'ailleurs vers des autonomies inférieures à 50 km, des autonomies supérieures grévant l'efficacité du véhicule via le surpoids généré).

La clé se trouve à mon sens dans les capacités de récupération des hybrides, qui doivent progresser nettement par rapport aux dernières générations de véhicules, avec si possible un gain de poids. Et à plus long terme, les technologies testées actuellement au Mans pourront-elles être transposées avec succès à la série dans les 10 ans ? le problème restant qu'au Mans, on va très vite et les énergies cinétiques ou thermiques à récupérer sont gigantesques, alors que sur route, la tendance (à saluer) est à rouler de moins en moins vite, et plus l'on conduit de façon coulée et anticipée, moins l'énergie récupérable est importante.

L'hybride se retrouve donc pris en sandwich de plus en plus serré entre les priustoriques et les PHEV, et bientôt les VE à longue portée.

Quel est l'avenir de l'hybride HEV dans ces conditions ? Quelle est sa marge de progression ?

Rien n'est plus difficile que les prévisions, surtout lorsqu'elles concernent le futur et lorsque les 10 années passées vous ont donné tort. On sent des signaux plus ou moins faibles, mais on est à la croisée des chemins, et bien des ruptures technologiques peuvent bouleverser la donne dans les années à venir.

Dans l'état actuel des choses, si rien ne venait perturber les tendances actuelles, voici mes prévisions pour l'Hybride HEV d'ici 10 ans.

L'hybride HEV ne disparaîtra pas bien sûr, mais n'arrivera jamais aux 15-20% du marché mondial prédit par des études prospectives d'il y a quelques années (*). L'avenir de l'hybride se jouera probablement entre 2 et 10% du marché. Les 90+ autres % seront pris par les véhicules priustoriques optimisés, les hybrides rechargeables et les électriques (avec une interrogation subsistant sur le partage du gâteau entre VE à faible autonomie+charge lente et VE à forte autonomie+charge rapide ; mon petit doigt me dit que les seconds sont amenés à dominer). L'hybride HEV restera en fin de compte un marché de niche relative.

Mais qu'est ce qui fera qu'on sera en bas ou en haut de la fourchette : ça dépendra bien sûr des performances environnementales de la Prius 4 et du THS4 associé, mais aussi de son agrément de conduite, de sa finition, de ses équipements.

- Soit la P4 et le THS4 associé ne constituent qu'une évolution modeste de la P3 dans la veine de l'évolution P3/P2, et l'hybride HSD pourrait alors ne plus que progresser très peu, voire régresser sur certains marchés (on arriverait à 2-3% du marché mondial). Toyota qui a tout misé dessus, pourrait se retrouver très mal, et s'enclencherait alors un net recul de la firme dans la hiérarchie mondiale,

- Soit cette P4 est capable de reproduire un saut qualitatif et quantitatif en consommation et en augmentation de l'utilisation de l'EV (autonomie et réactivité), tout en gommant certaines tares de ses devancières. Dans ce cas , le prix du pétrole remontant inévitablement d'ici peu, l'hybride a encore une bonne marge de progression et pourrait arriver entre 5% et 10% du marché, que Toyota capterait en quasi-totalité : sa stratégie resterait alors gagnante, même si elle le serait dans un paysage probablement différent de ce que la marque avait imaginé en lançant son pari il y a bientôt 20 ans. Les premières indiscrétions sont heureusement en faveur de cette hypothèse pour ce qui concerne la consommation.

L'année 2015 avec la sortie de la Prius 4 va donc à mon avis constituer l'heure de vérité pour l'hybride HEV et conditionnera son avenir ainsi que la future place de Toyota dans la hiérarchie mondiale et sa future stratégie. D'ici an, on devrait être fixé...



(*) : A noter que le contexte énergétique avec un prix du baril inférieur à celui existant lors de la création du PTC (!!!), était là aussi difficilement prévisible.
Hybridébridé est déconnecté   Réponse avec citation
Merci à Hybridébridé de la part de 10
FLYER34 (08/08/2015), Less Polluter (19/08/2015), linuxpriusien (08/08/2015), Mister MMT (09/08/2015), philiprius (08/08/2015), Pizzabad (10/08/2015), Robain (10/08/2015), stratus (08/08/2015), vaillant (09/08/2015), vr1ce (08/08/2015)