Peugeot 3008 Hybride

Bravo :bravo:, mais qu'elle mauvaise décision a l’époque des dirigeant de Peugeot qui ont été a l'opposé des ingénieurs, tous cela pour contrer le HSD :-?:-D.:jap:
 
Sur le papier cette voiture était intéressante si elle avait été à essence.
L'article n'est pas très affirmatif pour cette version qui ne sera pas demain dans les garages.
 
Sur le papier cette voiture était intéressante si elle avait été à essence

Je ne suis pas tout à fait d'accord. La voiture est intéressante car confortable, bien construite, mais la motorisation est bien compliquée :
Le thermique (passons sur le fait que c'est un moteur diesel) n'est pas hybridé et conserve ses caractéristiques priustoriques : courroie accessoire, alterno-démarreur, boite robotisée et embrayage...
Le train arrière reçoit quant à lui toute la partie électrique.
On se retrouve avec une voiture 4RM à faible allure dans certaines conditions, hybride jusqu'à 120 km/h, et thermique après mais avec un poids mort sur le train arrière.
Bref, je trouve que cette hybridation est une des moins élégantes...
 
Je me demande comment est lubrifié le turbo vu la vitesse de rotation de celui-ci et vu que le moteur fonctionne en "pointillé"?

Les paliers sont-ils lubrifiés par une pompe électrique?

Merci à celui qui a la réponse
:jap:
 
Ça amène une autre question, quid de la fiabilité ? Désolé, mais je n'ai pas le courage de lire les 140 pages pour peut-être avoir la réponse. :oops:
 
Me#de, ils ont sorti une hybride diesel ? je ne savais même pas.....



Bon, j'suis déjà parti...............
 
Bref, je trouve que cette hybridation est une des moins élégantes...
C'est un point de vue qui se défend.
Là où je trouvais cette voiture intéressante c'est qu'elle n'était qu'une variante d'un modèle existant et donc aurait du être peu onéreuse, l'hybride pour tous en quelque sorte.
 
Question d'approche ...

"Aurait du" ... :-D

Rajouter un système sur un autre système existant n'a jamais été optimal, tant d'un point de vue "fiabilité" que d'un point de vue "cout".

L'approche "brique technologique" manipulable à loisir n'est qu'un leurre, du niveau des décideurs et du management dont les compétences techniques se sont arrêtées au jeu de Lego.

Certes, en théorie et sur le papier, on réutilise ... mais ca n'atteindra jamais le niveau d'un système complet concu avec un cahier des charges et des contraintes uniques.
D'ailleurs, même les ingénieurs Peugeot n'y croyaient pas ...

Et puis, Peugeot s'est un peu cassé les dents avec cette approche (sortie retardée). Zut, la brique "moteur diesel" n'est pas prévue pour fonctionner en hybride. Pas grave, on va développer d'autres "sous-systèmes" pour l'adapter. Et la brique "transmission" n'est pas faite pour avoir une assistance électrique. Pas grave, on met ca sur les roues arrières ...

Et on en arrive à une usine à gaz, lourde, qui consomme forcément plus, que les garages rechignent à prendre en charge en réparation, ... et dont la fiabilité est à la hauteur du nombre de systèmes et sous-systèmes en présence.

L'approche Toyota, ca a été un peu l'inverse :
Repenser tout le véhicule pour que ce TOUT puisse répondre aux contraintes suivantes :
- Pollution minimale (pas que le CO2).
- Consommation minimale.
- Autonomie comparable aux véhicules de même catégorie
- Prix assez accessible.

Pour minimiser la pollution, tous les rejets gazeux toxiques ont été pris en compte, mais aussi les pièces d'usure (seul le caoutchou des essuis glace est changé lorsqu'il est usé, pas tout l'essui glace), mais aussi et surtout la fiabilité et la durabilité du véhicule (c'est extrèmement polluant de fabriquer un véhicule). Le recyclage des batteries n'a pas été oublié.

L'hybridation n'a pas été une fin en soi, ou juste une facon de répondre aux exigences anti-pollution de l'Europe.

L'hybridation était l'un des principaux moyens de l'époque (années 90) de répondre à ces contraintes. Tout comme le choix du cycle Atkinson pour le 4 cylindres, l'injection indirecte, la boite CVT, l'absence de Turbo, d'embrayage, de courroie de distribution, de démarreur, ... On arrive à un véhicule dont le système HSD est relativement simple et homogène.

Le dernier concept car de Renault est, par son approche, beaucoup mieux pensé. Des doutes subsistent dans les techniques et matériaux employés pour réduire le poids et améliorer l'aérodynamisme, mais aussi dans la fiabilité des éléments :
Renault va-t'il réussir à passer à la phase d'industrialisation à un cout raisonnable ? Et créer un véhicule fiable (parce que "la qualité Renault", ... il reste une marge de progrès).
 
PSA abandonne ses hybrides Diesel

Bonjour,

ce n'est annoncé que par Peugeot, mais je parie que Citroen et DS vont suivre rapidement. http://www.caradisiac.com/Peugeot-vers-une-suppression-des-diesels-hybrides-104777.htm

En 2011 PSA disait que c'était industriellement astucieux car il conservait de nombreuses pièces de grande série, mais un tel système ne fait que compliquer une auto classique, comme le e-tron de la Golf et contrairement au HSD qui permet de sérieuses simplifications.
Si au mois l'approche de PSA avait été menée jusqu'au bout avec la sortie de versions à essence, souvent demandés dans ce forum...

Ayons une pensée amicale pour "lafouine" qui avait défendu avec passion l'hybrid 4 diesel dans ce forum.

PSA n'est pas avare en revirements, abandons, changements de stratégie, et en lubies.
Pendant ce temps Toyota persévère, perfectionne ses hybrides et annonce que le coût du système hybride de la Prius IV est la moitié de celui de la Prius III.
C'est lequel qui sait bosser ?

A+
 
Pendant ce temps Toyota persévère, perfectionne ses hybrides et annonce que le coût du système hybride de la Prius IV est la moitié de celui de la Prius III.
C'est lequel qui sait bosser ?.......A+

:lecteur:.....Faut il en déduire que la PIV vas coûter moins cher......?
On peut croire encore au Père Noël......Non.....?
 
Dernière modification par un modérateur:
La logique commerciale est de ne jamais proposer moins cher, mais de fourguer plus pour le même prix. :-D

On verra bien quel sera le discours commercial pour justifier le maintien du tarif.
Plus d'aides à la conduite sans supplément, par exemple...
 
Connaissance du produit

Si au mois l'approche de PSA avait été menée jusqu'au bout avec la sortie de versions à essence, souvent demandés dans ce forum...
C'est déjà fait , hier lors d'une vente massive par plusieurs concessions de véhicules d'occasions, il y avait une affiche sur une DS5 :
Équipée de la technologie HYbrid4 alliant un moteur essence à un moteur électrique.
J'ai interpelé le CC qui m'a dit que c'était une erreur de la secrétaire....Pfff
 
Là linuxpriusien, je crois que tu as mis le doigt sur la solution pour PSA :
Virer les grands décideurs et mettre la secrétaire à la place. La boite serait mieux conduite et on gagnerait sur la masse salariale ...

:grin:
 
Les gens du métier sauront forcément mieux gérer une boite que les financiers.
 
Toyota vend un système qui marche et a fait ses preuves depuis 1997, qui en est à sa 4ème génération, quand d'autres abandonnent lamentablement. On est donc de retour à ZERO solution hybride chez les Français. Tiens je n'entends plus le cocorrico de PSA ? Bizarre.

Ce vide sidéral d'alternative compétitive rend je trouve Toyota presque mou sur son terrain. Depuis que la PII a largement montré et démontré les capacité du système, je trouve que le chemin parcouru est peu impressionnant par rapport à la genèse du système (excusez moi mais les ingé qui ont conçu le système sorti en 97 était sacrément couillus).

Enfin mieux vaut tard que jamais... mais avec un peu plus d'incitation (une vraie bataille sur le terrain de l'hybride) je pense que Toy aurait déployé le HSD sur le RAV4 bien plus tôt, en fait, ils auraient déjà pu le déployer sur l'ensemble de la gamme de véhicules de tourisme.
 
Un peu HS là mais pourquoi se focaliser sur le RAV 4 alors que toyota a sorti le NX qui est dans la même catégorie ... :ordi:
 
Renault a investi dans l'électrique depuis un certain temps déjà.
Toutefois l'offre actuelle ne permet pas vraiment un usage polyvalent.
Ce ne sont pas des Tesla avec des autonomies de plusieurs centaines de kilomètres.
En plus, comme ils n'ont pas vraiment emporté de succès commercial, ils avancent, ils reculent... et en attendant cette stratégie leur permet de bien baisser le niveau d'émissions globales en CO2 du groupe... par obligation.
J'ai l'impression que comme pour PSA, le fait de s'être engagé dans le Diesel ce qui entre parenthèse est un manque criant de vision à long terme, les a privé de toute initiative de recherches dans d'autres directions...
Je crains que contrairement aux Allemands qui se sont réveillés par pragmatisme les marques françaises continuent à dormir et que le réveil sera douloureux.
 
Concernant le micro-hybride, il faut voir dans le détail ce que ça désigne, mais à chaque fois que je l'ai entendu pour moi c'était du bullshit marketing pour surfer sur la vague de l'hybridation et du green washing.

Qu'on arrête de nous vendre du stop-start comme de l'hybridation, même micro. C'est vraiment trop jouer sur les mots.

J'ai testé des start-stop récents et franchement :
- dimentionnement du démarreur revu à la hausse => plus gros, plus lourd, plus cher à coup sûr
- batterie 12V => plus gros, plus lourd, plus cher à coup sûr
- assez énervant à l'usage, peu naturel
- grosse interrogation sur les émissions polluantes

Tout ça pour un gain qui me laisse circonspect. Vraiment pas dit que le bilan éco de tout ce bazard (du puis à la roue, sur la vie du véhicule) soit positif.
 
En fait, et c'est méconnu, PSA est un précurseur de l'hybride populaire:

dès 1963, Citroën dotait sa 2CV d'un moteur électrique (véridique), pour faire chuter la consommation en agitant deux petites palettes caoutchoutées devant le pare brise, qui amélioraient le Cx (et accessoirement évacuaient l'eau quand il pleuvait).

Si c'est pas du micro-hybride, ça !

:grin:
 
Pages vues depuis le 20 Oct 2005: 313,160,805
Retour
Haut Bas