COVID-19 - les pistes pour un traitement médical

J'espère que la connerie humaine n'est pas contagieuse ELLE. si non, nous sommes mal barrés. :sad:

:ouioui:...Il ne faudrait pas confondre naturel et maladie.....!

Nous portons tous en nous automatiquement une couche de cette "chose" dés la naissance......

Là ou nous sommes mal barrés, est que souvent, l'ascension sociale, le pouvoir, le savoir et
la soi disant intelligence, l'épaississent salement.....!
 
Covid-19 - Enfin de la pédagogie de bon niveau venant de l'IHU de Marseille

Je n'avais rien à rajouter sur mes derniers messages avec mes questionnements sur la bi-thérapie AZ + HCQ. J'attends toujours des réponses.

Depuis, les polémiques stériles ont continué et il y a eu des bouleversements remarquables, que je n'ai pas voulu commenter, car largement traité partout.

Voilà enfin qu'à l'IHU de Marseille, on commence à s'occuper de la pédagogie, avec notamment cette vidéo du témoignage du Pr Philippe Parola, directeur de service de soins et d'unité de recherche à l'IHU. C'est un des membres clés de l'entourage du Prof. Raoult et clairement apte à transmettre son savoir devant une caméra. C'est une vidéo de communication suivant un scénario, avec un interlocuteur bien préparé et à mes yeux très bon pédagogue.



Puis, il y a le même type de vidéo avec le témoignage du Pr Michel Drancourt, directeur adjoint de l'IHU Méditerranée Infection, qui explique dans des termes très clairs ce qu'est un IHU et en particulier, celui de Marseille.



J'ai trouvé très impressionnant le témoignage du Pr Pierre-Edouard Fournier, directeur du laboratoire de tests diagnostiques à l'IHU, qui nous explique comment son équipe, avec l'aide de plusieurs personnes importantes et d'institutions locales a réussi l'exploit d'organiser les dépistages de SARS-CoV-2 dans des circonstances de guerre. Ils ont en effet testé à eux seuls 3 % de la population Marseillaise ou env. 130.000 tests !



Un autre témoignage sur BMFTV du Dr. Hervé Tissot-Dupont, responsable du dépistage de l'IHU et de nouveau le Prof. Fournier.



Vers la fin, on entend Yannis Roussel, le chargé de communication de l'IHU. J'epère qu'il continuera dans cette voie d'une communication pas seulement concentré sur le Prof. Raoult, mais laissant également la parole à ceux assurant le fonctionnement de cette institution désormais fameuse en France et au delà. Mais il ne faut pas oublier non plus, que le Prof. Raoult est le fondateur et le directeur de cet IHU exceptionnel, et qu'il a réussi à obtenir des sommes énormes et de s'entourer de collaborateurs de très haut niveau.

Quant à la question sur le bénéfice de la bi-thérapie pour les personnes à risque, je garde espoir d'obtenir des éléments de réponses dans les semaines ou mois à venir. De toute façon, le pire semble être passé jusqu'à au moins l'hiver prochain, et on peut respirer de nouveau un peu...

Jan :jap:
 
Dernière édition:
Les revues scientifiques "The Lancet" et "New England Journal of Medicine" ont retiré deux études basées sur des données fournies par la société américaine Surgisphere, qui ont fini sous les feux de la rampe du "Guardian" qui a mis en doute leur fiabilité. L'un des deux articles, celui publié par Lancet, a tiré la sonnette d'alarme sur les risques sérieux associés à l'utilisation de l'hydroxychloroquine, un médicament antipaludique, contre le Covid-19.

https://www.adnkronos.com/fatti/cronaca/2020/06/05/coronavirus-lancet-ritira-studio-idrossiclorochina_GUFscvcw3DK1PNS4RHoAfL.html?refresh_ce

La confusion continue...8)
 
La meilleure pour moi de RAOULT , c'est quand il demande à deux journalistes de BFMTV de se taire. Normal non ? Elles font les questions ET les réponses en même temps. Non mais quoi , la politesse alors ? :-? :grin:
 
:cheveux:....et comme, hélas, il y a de tout monde....et de tous caractères....
dans cette belle communauté scientifique....on n'en a pas fini de tourner en rond.....!
 
J'appelle cela de la malhonnêteté au plus haut degré...et très dommageable pour la communauté scientifique.
Jan :jap:

Je ne veux pas être aussi cru, mais le soupçon est là.
Mais je me demande s'il n'existe pas un comité scientifique qui puisse "punir" les comportements frauduleux ?
Ne devrait-il pas y avoir une éthique scientifique qui empêche la manipulation des données ?
S'il existe des protocoles scientifiques, pourquoi ne pas les suivre ?
 

:papy:...Un comité....encore un....

.....Quels participants et la confiance à leur accorder..?,.
.....et puis, désignés par qui, et sous quelle influence aussi seront placés ceux qui désigneront....
.....Pourquoi une idée de la sorte, alors que l'on sait pertinemment que rien de sûr ne peut y être accouché.....!
....A part du baratin repris par des Journaleux en mal de copie......
....ou fiers de foutre la pagaille.....!!!
 
Tu as raison, le comité scientifique devrait être nommé par Hypocrate...:lecteur:
 
La plupart des fois, cela se passe correctement, car il y a deux ou trois experts désignés à partir d'une liste. Un Éditeur associé s'en occupe et coordonne le processus. J'y ai participé maintes fois comme auteur et expert.

Dans des périodes de crise, les éditions veulent aller vite, car ils sont intéressés par le sacro-saint facteur d'impacte de leur revue. Si en plus, les auteurs sont très connus et influents, il peuvent se passer des choses très limites, comme cela a été le cas ici.

Ce n'est pour autant pas une raison pour mettre toute la production scientifique sur la sellette. En fait, il est normal que ce que l'on pense être vrai aujourd'hui, ne le sera plus dans un temps x. Du moment que le travail a été fait selon l'état de l'art, et que les conclusions sont soutenues pas les données, le travail est valable.

Jan :jap:
 
:papy:...Il n'est pas question de mettre TOUTE la production sur la sellette, ni de dire
que tous les fruits sont pourris. Là comme ailleurs le fric et l'orgueil cachent la vérité....!
 
Le problème de toute cette pagaille, c’est que la science devient aussi crédible qu'un spot de pub. :cry:
 
Le problème de toute cette pagaille, c’est que la science devient aussi crédible qu'un spot de pub. :cry:

:papy:.....La Science est crédible.......

Pas certains scientifiques, qui, sous son couvert, n'agissent que pour leur intêret de notoriété.......

:dollars:......ou autre......
 
Si tu veux, mais une discussion ne se fait pas avec des molécules/électrons mais avec d'autres congénères.
Cela veut dire que tu ne peux plus discuter avec personne, car aucun argument n'est crédible, plus de raisonnement possible, c'est cela qui pose problème. :oops:
 
Le problème de toute cette pagaille, c’est que la science devient aussi crédible qu'un spot de pub. :cry:

Je n'aurais pas pu trouver de meilleurs mots, aux yeux de personnes inexpérimentées, c'est exactement ce que nous pourrions penser.
C'est vrai ce que dit @Ageasson, mais cela ne devrait pas arriver, surtout en matière de soins de santé,
La médecine ne devrait pas être un spectacle, ce n'est déjà pas une science exacte, si en plus nous mettons des médecins qui font du spectacle (je ne veux pas dire le professeur Raoult) ensemble avec de nombreux "médecins" improvisés du web, nous risquons de devenir des "partisans" et de suivre de mauvais traitements.
Dans mon travail, j'ai appris que les gens qui parlent beaucoup, qui font du "spectacle", ne valent normalement rien par rapport à ceux qui travaillent dur dans l'anonymat.
 
bien souvent , c'est l'avenir qui donne tord ................ou raison. Il faut donc bien souvent attendre et parfois longtemps.
SAUF que, dans les circonstances actuelles , "ils " n'avaient pas le temps..............d'attendre.
Il fallait donc agir ...VITE. C'est ce que Raoult a fait avec , pour lui , le meilleur traitement à ( sa ) disposition.
Je pense qu'il a pris le temps d'analyser aussi ce qu'avaient fait les chinois.
Pour le reste , c'est clair qu'il y aura TOUJOURS des détracteurs , et ce quel que soit les domaines.
Je ne citerai qu'un exemple , le plus connu , ICI , les moteurs hybride TOYOTA qui hurlent ou qui moulinent. :jap:
 
Un des grands problème pour tout scientifique, est la quantité de publications paraissant à un rythme élevé, seulement dans son domaine de spécialité. Du coup, il doit passer son temps à lire beaucoup, et souvent, il survole, sans vraiment approfondir.

Un autre grand problème lié, est qu'il faudrait également qu'il lise en dehors de son domaine. Mais le temps manque. Le Prof. Raoult donne souvent l'exemple d'un infectiologue spécialisé en bactériologie qui ne lit pas sur les virus et vice versa. J'ai connu cela couramment chez des collègues dans ma spécialité de biologie cellulaire.

C'est la course aux publications..."Publish or perish". S'ajoute à cela l'énorme pression sur les chefs d'équipe, pour trouver les financements et les bons collaborateurs,... ou les garder.

Un jeune chercheur qui vient de passer sa thèse de doctorat, et qui souhaite continuer dans la recherche va devoir faire un stage "post-doc", souvent sur un contrat précaire. C'est cette étape qui déterminera si il pourra s'établir avec un poste stable, ou devoir se "recycler" dans d'autres métiers. C'est déjà lourd pour ce jeune. Mais un chef d'équipe est souvent confronté au fait qu'un post-doc quitte le projet pour prendre un poste stable ailleurs.

Viennent s'ajouter la quantité sans cesse augmentant de bureaucratie à traiter presque quotidiennement.

Bref, c'est un métier dur assez méconnu et dans le public, pas très bien payé. Dans le privé, on l'est mieux, mais on se trouve souvent enfermé dans une sorte de cage dorée. Même ici, personne n'est irremplaçable, et les restructurations font souvent des ravages.

Alors, retenons-nous à critiquer aveuglement "les scientifiques". Certes, il y a des moutons noires, mais ceux qui s'y aventurent le font par passion et font leur possible pour produire des connaissances ou trouver des applications.

Et pour finir, il est facile de s'adjuger des opinions, mais comment faire sans avoir les connaissances pointues pour comprendre, car le savoir à maîtriser avant de pouvoir s'appeler expert est énorme. C'est le problème des médias et leurs journalistes, et bien sûr, les politiques. Ne parlons pas du grand public, submergés de "News", dont ils ne peuvent pas savoir si c'est du "Fake" ou pas.

Un scientifique qui se respecte, commencera souvent avec, "on" ou "je" ne sais pas, avant de commencer à étayer des hypothèses... Cela ne devrait pas mettre en cause sa crédibilité, au contraire.

Dans ces conditions, qui s'étonne de certains dérapages, copieusement commentés sur les médias sociaux et les plateaux de télévision ?

Jan :jap:
 
Sans parler des guerres intestines pour le pouvoir dont le milieux scientifique médical est loin d'être dépourvu ... :cry:
 
ben justement voila ce que j'ai pu trouver sur les intestins :-D
ce que la majorité des gens ignorent ou ignoraient , comme moi :oops:

Tu es sur de ne pas avoir entendu parlé de flore intestinale avant? :oops:
 
Pages vues depuis le 20 Oct 2005: 309,056,454
Retour
Haut Bas