Le nucléaire - risques et coûts

C'est faux.

L'énergie nucléaire c'est 11% de la production mondiale d'électricité. Il est malhonnête de compter les autres formes d'énergie.

Bien plus chez nous, heureusement. L'énergie bon marché permet de booster notre économie.

Ce % devrait augmenter dans les décennies à venir avec la Chine, les EPR, etc.

Et la fin proche de l'uranium c'est une fable, comme celle du pétrole.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_production_d'énergie_nucléaire

Interessant , merci pour le lien.
Perso je ne saurait dire si les chiffres de production sont justes en 2018 ( deja pas pour la France ou le Japon mais bon passons) mais par contre j'y vois une multitudes d'installations dispersées mondialement qui fait plus que peur vue la cupidité et le risque humain qui augmente avec la dissemination . On va clairement encore avoir des accidents nucleaires c'est pas possible autrement :oops:. Mais bon c'est pas grave apparement on meurt pas d'irradiation (personne n'est mort à Tchernobyl ou Fuku 8) .
 
Ahh ! Cette énergie "bon marché"... sur la facture EDF qu'on paye déjà au prix fort dans nos impôts et qu'on a pas fini de payer.

C'est un peu comme le diesel et l'E85 à la pompe, c'est pas cher donc c'est bien. :grin:
Alors que le prix est est purement artificiel et qu'on va bien morfler. Certains risquent de ne pas apprécier la plaisanterie.

Enfin... ne vous étonnez pas si vos impôts continuent d'augmenter. Il faut démenteler, stocker, reconstruire, perfuser.
Cette filière aurait dû faire faillite depuis longtemps. Merci à nous, à l'insu de notre plein gré...
 
et de brûler la chandelle par les 2 bouts, piller toute la planète, maintenir l'esclavage moderne dans les zones d'extractions, nous rendre encore plus dépendants d'une gabegie, d'une débauche d'énergie, tout ça pour alimenter une "économie" du déchet, de la consommation à outrance, du matérialisme et des profits unilatéraux, bref, le monde déshumanisé, dévalorisé d'aujourd'hui, où les gens "vivent mieux", mais moins heureux (le taux de suicide aux Etats-Unis a atteint un record). Ouais… vive la croissance !

Autant, je ne peux que souscrire à tout ce que tu viens de dire, et autant je me dis que c'est dit par une personne qui profite bien de ce système.

Tout comme moi, je pense, tu utilises un véhicule qui brule du carburant (liquide ou électrons produits par uranium, charbon ou encore carburants), tu te laves à l'eau chaude qui ne provient pas forcément d'une casserole d'eau chauffée à la bûche, tu consommes surement comme moi, peu ou prou, tu ne pédales pas encore pour entrainer le générateur qui te permet de venir ici pour échanger...
On pourrait trouver des exemples à l'infini.
Tout ça pour te dire que ta phrase me résume, et te résume, elle résume un siècle de vies comme les nôtres.

C'est le modèle global qui a été choisi des décennies avant notre naissance qui fait qu'aujourd'hui on en est là.

Moi je veux bien changer, comme toi surement. Mais je n'accepterai de le faire que si tout le monde s'y met et surtout sans qu'on m'impose un retour à l'âge des cavernes.

On dit souvent que c'est avec des petites gouttes qu'on fait un océan. Je n'y crois pas un seul instant quand je vois notre dépendance à cette "économie" du déchet, de la consommation à outrance, du matérialisme et des profits unilatéraux" pour reprendre ta phrase.

La dernière fois que j'ai été aux USA, je me suis vu comme un Ethiopien dans un grand centre commercial.
Ca m'a fait peur...

Et eux, ils s'en foutent royalement pour la plupart d'entre eux.
 
Autant, je ne peux que souscrire à tout ce que tu viens de dire, et autant je me dis que c'est dit par une personne qui profite bien de ce système.

Tout comme moi, je pense, tu utilises un véhicule qui brule du carburant (liquide ou électrons produits par uranium, charbon ou encore carburants), tu te laves à l'eau chaude qui ne provient pas forcément d'une casserole d'eau chauffée à la bûche, tu consommes surement comme moi, peu ou prou, tu ne pédales pas encore pour entrainer le générateur qui te permet de venir ici pour échanger...
On pourrait trouver des exemples à l'infini.
Tout ça pour te dire que ta phrase me résume, et te résume, elle résume un siècle de vies comme les nôtres.

......
Je plussoie :jap:
Non pas pour enquiquiner Rabbit, mais juste pour rappeler que nous sommes sortis de la misère, des maladies, des famines et j'en passe grâce à cette énergie abondante et bon marché, à commencer par l'énergie fossile.
A moins d'être un extrémiste de la pire espèce, personne ne préfèrerait voir crever ses proches au nom d'une idéologie, dont l'arrière-cuisine serait de créer une sorte de gouvernance mondiale (certains scientifiques Français sont pour et le disent haut et fort) à tendance plutôt dictatoriale car pour sauver le monde tous les sacrifices souhaitables doivent être faits (ben voyons... ce serait pas la première fois et ça rappelle un certain système).

Non seulement on vit dans un certain confort, mais en plus dans une grande sécurité alimentaire et sanitaire et c'est cela que nous envient les gens qui veulent absolument entrer chez nous.
L'espérance de vie augmente partout et la pauvreté recule partout (sauf dans les endroits en guerre bien entendu), même si c'est pas le Pérou pour tout le monde sur notre Terre.
On n'empêchera pas les plus pauvres de la terre de tenter de sortir de leur pauvreté.
Bref, je trouve qu'on crache facilement dans la soupe qui nous a très bien nourri jusqu'ici.
Je précise que je ne vise personne en particulier. J'ai juste la reconnaissance du ventre.

On peut ironiser tant qu'on veut, on peut aussi dire que tout ça c'est la faute des salauds de capitalistes, il n'empêche que si on lèse financièrement les peuples au nom d'une idéologie, là ça va être la révolution et le remède sera bien pire que mal.

Donc si on ne veut ni nucléaire, ni fossile, sachant qu'il n'y a rien d'autre, il faut donc comprendre qu'on veut la régression ?
Au final:
- Soit on accepte les inconvénients de notre belle vie en essayant de traiter au mieux les inconvénients sans léser personne.
- Soit on casse tout, mais là ça va être la guerre car tout le monde n'a pas forcément une âme d'écolo jusqu'au boutiste.

Moi je choisis la première option :grin:
 
@mickayers Tout à fait, nous sommes tombés dans la marmite étant jeunes, nous nageons dans l'idéologie mortifère de l'hyper consommation.

Ne pas bouger tant que les autres ne font pas d'effort, j'espère que tu te rends compte que ça ne fera jamais advancer le schmilblick. On peut argumenter comme les colibris de Rabhi et dire que "ce que je fais est peut-etre insignificant tout seul, mais j'ai fait ma part". On peut aussi arrêter de croire les dealers de drogue que sont les as du marketing et qui disent que sans votre opium de la possession, du toujours plus (de matos, de technologie, de divertissement, de plaisirs si peu profonds et satisfaisants, etc), vous tomberez dans l'ennui, la fadeur, le manque, etc.

Arrêter de vouloir la croissance (telle qu'on la connaît) à tout prix, qui nécessite toujours plus d'énergie, bizarrement ça apparaît comme quelque chose de négatif, comme un effort incommensurable, comme une saignée. Ca fera peut-être mal effectivement, mais c'est comme enlever ses bonbons à un enfant gâté, comme enlever sa bouteille à un alcolique, comme sevrer un toxicomane. C'est pour ensuite mieux apprécier la valeur des êtres et des choses, l'existence même. On pourra alors parler de croissance… de l'humain enfin libéré de ses chimères.

L'échec des Nicholas Hulot, des prêcheurs d'apocalypse (c'est un peu moi, ça), c'est de fatiguer les interlocuteurs avec l'angoisse des cris d'alarme, sans présenter la beauté du monde qui est à construire à la place. Faut pas s'étonner qu'entre des perspectives effrayantes avec une alternative un peu floue d'une part et le confort du "business as usual", du "les autres d'abord" d'autre part, la plupart des gens, abreuvée de discours de croissance et de pubs, bien plus que des discours décroissants, la plupart des gens choisissent de ne rien faire et de dire "j'y crois pas". Quoique, le vent tourne. Cherchez décroissance (degrowth) et voyez que Hamon n'était pas seul avec ses discours qui faisaient pouffer ses adversaires politiques, à commencer par les autres socialistes.

Naomi Klein explique que nous n'aurions pas à retourner à l'âge de pierre (ou même des Amish) pour revenir à des niveaux de consommation énergétique "durables". Il s'agit plutôt des années 60. Encore faut-il que la population mondiale redescende (ce qui n'est pas dans les objectifs d'une politique de croissance).

Pour ma part, je dois en effet changer de vie pour respecter mes convictions. Ca va pas être facile, mais ce n'est que la transition que je pense douloureuse, pas ma destination.
 
Rabbit : sans vouloir te contredire à propos de Hulot, ce type, comme Al Gore d'ailleurs, dessert la cause qu'il veut défendre.
Il nous a expliqué dans une vidéo récemment, qu'on était trop dépensiers, qu'on pillait la planète, etc... alors que ce Monsieur possède lui-même X résidences (sans éoliennes à proximité...?) et s'est payé un minibus TDI avec malus de plus de 6.000 € (ou alors la presse a raconté n'importe quoi ?) pour ses vacances, en plus de ses autres bagnoles et engins à moteurs.
Culpabiliser le peuple tout en ayant les apparences d'un sacré nanti, si ça c'est pas du foutage de gueule...
En plus, son empreinte carbone (footprint) à lui depuis qu'il a bossé à TF1 est certainement sans aucune mesure avec la nôtre

(Et dire que je l'ai défendu il y a quelques années...)
 
En 1940 à Lascaux, 4 jeunes garçons descendent chercher leur chien dans un trou. Ils vont découvrir une grotte ornée de sublimes fresques artistiques que tout le monde avait oubliée, peintes par nos ancêtres il y a 18 000 ans.
La période radioactive des déchets nucléaire est de 200 000 ans (10x plus), les enfants qui descendront dans 20 000 ans dans un trou à Bure, que tout le monde aura oublié, y découvrirons l’immonde poubelle hautement radioactive que nous leur auront laissé.
Le portrait qu’ils tirerons de nous dans leurs livres d’Histoire ne sera certainement pas plus flatteur que la représentation avec poils et gourdins que nous faisons de nos aïeux.
 
@Chrissouille

Je t'invite à lire les livres de Klein. L'invention de James Watt, le moteur à vapeur, qu'on peut installer quasiment partout, avec l'exploitation du charbon, énergie facilement transportable, a bouleversé la société. Avant ça, les travailleurs étaient à la campagne, près des machines et des sources d'énergie, les moulins à eau et à vent (qu'on pouvait difficilement installer en ville, on le comprendra). Avoir une machine qu'on peut installer partout avec de l'énergie qu'on peut lui amener, c'est forcer les travailleurs à venir à l'usine, à la périphérie des villes, et les faire entrer en concurrence les uns avec les autres.
Les fameuses machines à vapeur ont aussi permis aux Européens de conquérir le monde sur leurs bateaux devenus indépendants des vents, à bonne vitesse, et ce sera l'essor du colonialisme, qui persiste encore sous une certaine forme aujourd'hui, parce qu'on n'a pas tellement envie de manquer de main d'oeuvre pas chère des pays devenus pauvres après le pillage et l'accaparement des resources à travers des contrats juteux (mais pas pour les pays sources).

Attention, ne me faites pas dire que la revolution industrielle, c'est pas bien. C'est juste que ça a fait reculer les conditions de vie autant que ça les a fait advancer.

Dire que grace à l'énergie disponible et "pas chère", tout le monde a une meilleure vie, c'est cracher dans la soupe des dizaines de millions de gens qui n'en voient toujours pas la couleur, et qui risquent de ne jamais la voir, et qui auraient eu une meilleure vie s'ils n'avaient pas du quitter la campagne. De plus, le monde n'est déjà pas tenable comme ça point de vue énergie, si on imagine que tout l'Afrique se convertisse au modèle européen, c'est pas 4 petits degrés qu'on va prendre.

Enfin, prétendre que l'énergie n'est pas chère, c'est complètement oublier que nous vivons en fait à crédit. On commence tout juste à faire cracher leurs chiffres d'estimation des dégâts dû aux changements climatiques aux assureurs et spécialistes. Il y a bien un moment où il va falloir payer l'ardoise, soit avec des dollars, soit en capital humain.

Et moi dans mon bain comme dirait Jacques Dutronc, je ne pense pas que ma vie moderne soit vraiment meilleure que celle de mes parents. La société (la nôtre) est riche (au detriment de pas mal de monde), mais elle est malade. Grace à l'énergie pas (assez) chère et (trop) disponible, on mange trop et mal, on travaille et on vit à un rythme effréné, on fait tout et on profite de rien, de plus en plus de gens sont en quête de sens ou finissent en burn out. L'espérance de vie c'est une chose, la sécurité alimentaire aussi, mais la qualité de vie et la qualité de ce qu'on mange, c'est ça qu'il faut regarder aussi. Et là, la quantité a du mal à compenser la baisse de qualité. Si vraiment tout allait si bien Madame la Marquise, alors pourquoi les populistes et les extrêmes sont-ils partout en train de prendre le pouvoir ?

Elle est belle, l'énergie "pas chère" et abondante.
 
Mes grands parents vivaient dans une vallée des Pyrénées (enclavée à l'époque).

Ils allaient au travail à pied le matin, quelque soit la météo. Ils marchaient avec des sabots de bois fourrés avec de la paille. Il avaient des engelures aux mains.
A l'époque, des mères "mourraient en couche" et beaucoup d'enfants ne survivaient pas aux maladies infantiles, d'autres étaient handicapés par la polio.
Ils ne voyageaient pas et avaient peu d'échanges culturels avec ceux qui n'étaient pas de la vallée.

Les mères de familles passaient leurs journées et leur vie à s'occuper des enfants / la maison, lessive à la main, etc.

Le jardinage et l'élevage n'était pas un loisir mais une nécessité. D'ailleurs, les loisirs ??? Un petit jeu de cartes peut-être ?

La maison était mal chauffée, il faisait froid (jusqu'à la gelée) dans les chambres.

Et c'était encore pire avant les premières révolutions industrielles !

Quelle époque regrettez-vous ? Et quoi en particulier ?
Il y a des endroits, aujourd'hui, où vous pouvez encore vivre cette vie. Mais je crois que vous n'en voulez pas.

Je trouve cette nostalgie malsaine, sinon empreinte d'ignorance. Et je ne vois pas à quel moment on peut reprocher à mes grands parents d'avoir voulu se rapprocher de notre mode de vie moderne.
 
@Chrissouille : t'es d'une froideur ou alors complètement naïf sur l'environnement qui t'entoure (et je ne parle pas nécessairement de l'environnement du point de vue écologique) et ça fait peur.
Le pire c'est "on vit dans le confort". Pour pouvoir dire on, il faudrait qu'il n'y ait pas de laissés pour compte, et ils sont nombreux.
 
@Chrissouille : t'es d'une froideur ou alors complètement naïf sur l'environnement qui t'entoure (et je ne parle pas nécessairement de l'environnement du point de vue écologique) et ça fait peur.
Le pire c'est "on vit dans le confort". Pour pouvoir dire on, il faudrait qu'il n'y ait pas de laissés pour compte, et ils sont nombreux.
Je répondait le midi avec très peu de temps (pour cause de boulot), je n'ai donc pas pris toutes les précautions pour exprimer en détail mon avis.
Oui, bien entendu, la France est un pays "riche", ce qui ne veut pas dire que TOUT le monde est "riche" ou du moins suffisamment riche.
En moyenne nous le sommes bien plus que les gens qui vivent au Bangladesh par exemple. Voilà.
 
Voici un sujet qui nous permet d'échanger nos points de vue. Et on voit bien qu'ils sont nombreux et défendus avec force et arguments.

Continuons à le faire dans un esprit courtois et serein, car ce sujet le vaut bien. (si tu penses à l'Oréal, c'est que les as du markéting ont encore frappés :-D )
 
@Chrissouille : t'es d'une froideur ou alors complètement naïf sur l'environnement qui t'entoure (et je ne parle pas nécessairement de l'environnement du point de vue écologique) et ça fait peur.
Le pire c'est "on vit dans le confort". Pour pouvoir dire on, il faudrait qu'il n'y ait pas de laissés pour compte, et ils sont nombreux.

Moi aussi je considère que l'on vit dans un certain confort et je ne vois pas où il y a de mal à le dire.

Je vis "à l'abri du soleil" (bon c'est vrai, pas aujourd'hui, il fait 24° au moment où j'écris) mais ma maison est chauffée à 20 ou 21° en plein hiver.

Si je suis malade, je vais voir un médecin, au coin de la rue. Je suis même remboursé par la sécu (qui fait aujourd'hui plus de 700 millions de bénéfices)

Je mange à ma faim avec ma famille...

Oui, je vis dans un certain confort.

Mais ce n'est pas le cas de tous, il y a toujours de la misère autour de nous. Je le sais que trop bien.

Mais ces personnes peu argentées sont également soignées sans frais, le cas échéant.
Il existe maintenant un chèque énergie pour aider à payer les factures.
Personne ne meurt de faim en France. Je vais peut être en agacer beaucoup, mais dire le contraire serait inexact.

J'ai lu dans l'express, pas plus tard que cet après midi, que la pauvreté dans le monde à reculé depuis 2010 de plus de 1 milliard de personnes.
Ca m'a surpris, alors j'ai relu la phrase 3 fois.

Mais mon problème est ailleurs. C'est le changement climatique.

Sur ce point, on est tous égaux. Riches ou moins riches, lorsque ça va claquer, ça fera mal à tout le monde. Et une valise remplie de billet ne protègera personne.

C'est pour cela que je suis très sensible aux arguments de HybridRabbit, mais j'entends également Chrissouille qui a le mérite de s'indigner lorsque les donneurs de leçons (politiciens, docteurs es sujet ou sachants autoproclamés...) se complaisent quasiment dans la luxure en disant à qui veut bien l'entendre de faire de gros efforts ou de changer de mode vie ou de transport alors qu'eux ne se privent de rien. Et c'est peu de le dire.

Aujourd'hui, je suis prêt a abandonner mes voitures si je peux trouver un moyen de transport qui pourrait permettre à ma famille de traverser la France en 8 heures, dans le même confort qu'une auto, économiquement raisonnable et surtout au départ de mon domicile.

Mais ça n'existe pas. Il faudrait combiner au moins 3 moyens de transport différents, les partager avec d'autres personnes et le coût est bien plus important.

Je considère donc que je suis quasiment obligé de continuer à polluer la planète avec la bénédiction de toute la filière économique que nous connaissons et dont nous faisons partie intégrante.

Je suis, donc je pollue, mais je pense aussi...
 
HS ON

Désolé pour les posts multiples, mais je ne peux plus multi-citer pour les regrouper.

HS OFF
 
Continuons (avec courtoisie) de débattre de ces risques au sujet du nucléaire...


Une expérience perso:

Je suis allé à Tokyo, pour raison familiale, en 2012, donc un peu après "l' incident" de Fukushima.
Pour passer le temps (et faire le malin), je suis allé à Akihabara (le marché de tous les composants hightech) pour trouver un compteur de radiations, afin que ma belle-soeur puisse vérifier la radioactivité des fruits/légumes/poissons sur les marchés.
Ces machins demandent un minimum de connaissance pour comprendre: vert OK, rouge NOK (sachant que l'on va parler de Rad, Beckerel & autre Sievert).


Etrangement: il n' y avait aucun truc de ce genre sur ce marché des trucs HighTech.


En cherchant sur la toile (a ma zone par exemple) on trouvait des dispositifs à des couts prohibitifs au japon (X5 par rapport à la France) pour des produits russes chers et de bonne qualité...


Finalement, j'ai arrêté de faire le malin et je suis sorti un peu désabusé de cette tentative de communication autour des risques...

Il m'a semblé qu'un couvercle de plomb masquait (avec grande efficacité) l'information pour le public....
 
:papy:....Et bien que ce couvercle de plomb ait été mis en place dés
les premières "civilisations" alors que l'atome n'était pas au goût du jour,
les soi disant "homo sapiens" l'ont accepté. Ceci, non par plaisir, mais
par l'égoïsme et le désintérêt de chacun vis à vis de son prochain.
Depuis, comme le besoin les uns des autres à très fortement diminué,
ce couvercle est devenu de plus en plus lourd. On en parle, il s'en
discours, les médias s'en régalent et en vivent....et les ingénieurs du
couvercle se repassent la recette qui marche toujours aussi bien.

L'homme est il un abruti intégral pour ne pas voir qu'il court à sa perte, se
contentant de se lamenter inutilement, prétextant qu'il est impuissant face à ceux qui dirigent......?
 
Je trouve qu'il y vraiment beaucoup de pessimisme, alors que la pauvreté recule, que les guerres font moins de victimes par le passé, et que la vie est souvent moins difficile.

Remarquez, avec le pilonnage médiatique incessant qu'on subit pour nous culpabiliser et dire que ça va de mal en pis, c'est pas étonnant.
Si on écoute nos super-journalistes, ça donne ceci dès les années 90 :
https://www.facebook.com/jeanfrancois.lemaitre/videos/1181968318440/
Ou si on les lit (2012):
https://mobile.lemonde.fr/planete/a...paraitre-d-ici-a-quatre-ans_1761703_3244.html
Pour ce qui est des Maldives, elles ne sont toujours pas englouties, on y construit même des pistes d'avion au bord de l'eau. Et la banquise ne disparaît toujours pas en 2018.

A part ça, aux dernières nouvelles, le nombre de tornades aux USA est actuellement historiquement bas, c'est la NOAA qui le dit :
https://www.spc.noaa.gov/wcm/adj.html
Il y aurait donc moins d'évènement extrêmes, contrairement à ce qui se dit.
Et je ne parle pas de la moyenne de la température mondiale stable depuis près de 20 ans

Finalement, rien de ne passe comme "prédit", et ça ne date pas d'hier car il y a 200 ans environ, un certain Malthus prédisait que la terre ne pourrait pas nourrir tous ses habitants (1 milliard à l'époque il me semble), et ça fait donc 200 ans qu'on entend le même discours qui s'est toujours avéré faux. Pourquoi serait-il vrai aujourd'hui ?

Moralité, restons optimistes :grin:
 
On pourra dire que je continue le hors-sujet mais je dirai que c'est parfaitement le sujet, de dire que débattre du nucléaire individuellement, sans se rendre compte que le problème est bien plus "entier" que le sort d'une seule technologie.

Alors je vais vous dire ce que la "personne qui profite bien de ce système" (pour citer Mickayers) fait de sa petite vie à son échelle:

J'ai roulé en Prius super économe, mais c'était pas encore assez, alors je roule en VE. On aura beau dire, c'est quand même encore moins sale, vu le kilométrage que je fais. Je fais pas mal de km à cause du boulot, et j'essaie de limiter en travaillant à la maison. Ma compagne bosse à 40km de la maison aussi, mais nous avons des métiers qui ne permettent pas de choisir là où on va trouver du boulot.

Je ne pars pas en voyage aux antipodes. Le plus loin où je suis allé, c'est le Conemara en Irlande, Rome en Italie, Séville en Espagne, Munich en Allemagne. A part mes retours 1 ou 2 fois l'an en France, je ne pars quasiment pas à l'étranger, et je reste en local (20km) le weekend.

Bien sûr, comme tout le monde je recycle. J'ai aussi un composteur, et un petit jardin de légumes qui va avec. A ce sujet, je n'achète pas les patates poussées en Israel, fussent-elles bio (le Jourdain anémique me remercie), ni les poires ou les oranges d'Afrique du Sud, ni les haricots verts du Kenya, ni l'agneau de Nouvelle Zélande. Je regarde toutes les provenances. Je fais la chasse au gaspi de nourriture. Je commence à réduire ma consommation de viande, surtout de boeuf. Je n'en apprécie les bons steaks une fois par mois que d'autant plus.

Niveau électroménager, j'ai remplacé le vieux chauffe-eau avec son ballon par un chauffe-eau à condensation. Mon sèche-linge (que je n'utilise que quand il fait trop humide pour sécher à l'air libre) est à pompe à chaleur. Au passage, j'ai une garde-robe réduite, des articles de qualité qui durent et que je fais durer.

J'ai posé 30cm de laine de mouton d'Ecosse dans le grenier pour isoler ma maison. Ma facture de chauffage a chuté, il fait aussi moins chaud en été dans les chambres. Je n'ai pas installé de clim. Mon fournisseur de gaz et d'électricité fournit de l'électricité verte et investit dans le biogaz, les éoliennes, le solaire. Tous leurs bénéfices sont réinvestis. Je chauffe ma maison à 20°C le matin, le soir et le weekend, la semaine en journée et la nuit, c'est 18°C.

Je garde mes smartphones jusqu'à ce que l'électronique déraille ou qu'il ne fassent plus tourner les applications. Je les garde à peu près 4-5 ans après les avoir achetés d'occasion. Je ne regarde pas la télé à la demande, qui nécessite des centres de données voraces en électricité. Je n'utilise pas non plus de services de streaming de musique (même remarque), j'ai mes MP3 pour ça. Ma télé est ma 2ème depuis l'an 2000. J'ai larguée la première après 10 ans parce que le tube déconnait (tache verte). Je n'ai pas de smart watch, de fitbit, de tablettes, etc. Mon imprimante doit avoir le même âge.

Je n'ai chez moi que ce dont j'ai vraiment besoin... à part peut-être bien trop de bouquins. J'emprunte des outils au lieu d'en acheter pour ne servir qu'une fois ou 2.

Je pourrais continuer l'inventaire à la Prévert des petites choses que je fais à mon niveau de nanti. Je n'ai pas du tout l'impression de me priver, bien au contraire, il s'agit d'une libération que d'essayer de tendre vers les idéaux minimalistes. Ca reste un privilège de nanti effectivement de "décider de vivre avec moins". Encore une fois, ce n'est pas une privation. C'est une victoire à contre-courant. Il me reste beaucoup à faire, c'est sûr. Mais j'arriverai à réduire considérablement mon empreinte et ce sans revenir aux sabots et aux angelures l'hiver (et puis tout le monde ne vit pas dans des vallées enclavées).

Il s'agit d'arrêter la course au superflu (et la définition du superflu reste très subjective j'en conviens - un brin de superflu ici paraît un superluxe inouï dans d'autres pays). Il s'agit de se demander si "pouvoir regarder sa série préférée à n'importe quelle heure et de n'importe quel endroit comme dans la pub grace à la 4G" est vraiment du simple confort ou de l'extravagance de fin de siècle (fin de civilisation?). Pouvoir chacun regarder dans son coin ses vidéos ou jouer à ses jeux en ligne tous en même temps à haut débit... c'est ça, l'avenir et le progrès qui nécessitent la construction d'une nouvelle tranche ? C'est à ça qu'on peut sans vergogne gaspiller l'énergie abondante et pas chère, en clamant que s'en passer, ce serait "se faire mal" ? J'en doute (oui, un doute, et non une certitude).
 
Désolé de te le dire Rabbit, mais même si ta façon de vivre est respectable, je trouve qu'elle est obsessionnelle, et que tu t'ériges en modèle en jugeant un peu les autres qui ne sont pas dans le même trip que toi.
Grand bien te fasse, mais il est possible que ton bilan carbone ne soit pas meilleur que le mien par exemple (je travaille à 8km de chez moi depuis 25 ans). En fait on n'en sait rien et on ne va pas enquêter pour chiffrer exactement tout ça.
Rien qu'un VE à fabriquer alors qu'il y a tant de voiture déjà fabriquées qui auraient finalement peu rejeté, tel une Toyota Aygo d'occasion (c'est déjà 1000 fois mieux qu'une charrette à cheval et fort probablement moins polluant qu'une Yaris HSD).
On peut toujours critiquer ceci ou cela, et ta voiture ne me gêne pas du tout. Mais tu consommes aussi pour garantir ton train de vie, comme tout le monde, et c'est bien normal.
 
@Chrissouille

Va demander au Polynésiens ce qu'ils pensent de la "non-montée du niveau de la mer". Et bien sûr le blanchiement de la grande barrière de corail, ce sont des foutaises de journalistes.

Tu as dû louper aussi que le passage des bateaux au nord du Canada, une utopie il y a quelques années, est en train de se réaliser parce que la banquise recule d'année en année et laisse le passage ouvert. Ah, elle ne fond pas encore entièrement - le jour où ça arrive, on sera mal.

Pareil pour les températures mondiales, qui ne cessent d'augmenter et de rester au dessus des moyennes d'une année sur l'autre, et ce tous les mois de l'année.

Les statistiques de tornades de la NOAA sont intéressantes, merci. Mais là on parle des ouragans (qui viennent de la mer et sont autrement plus dévastateurs que les tornades qui se forment à l'intérieur des terres, au dessus des grandes plaines).

Chez moi en Angleterre, il a fait chaud cet été. Chaud et sec. Tellement chaud et sec (attention, on parle de l'angleterre, vous savez, là où il pleut "tout le temps") que le sol s'est contracté à un point tel que des arbres ne tenaient plus droit, et que des câbles souterrains ont été arrachés parce que le sol tirait trop dessus (c'est un technicien de l'ErDF anglais qui me l'a dit - il a été très occupé cet été). C'est la première fois que ça arrivait.

Mais restons optimistes... et courtois (j'espère l'avoir été).
 
Pages vues depuis le 20 Oct 2005: 309,616,335
Retour
Haut Bas